[ distribution ] La distribution spécialisée bio soutient le mouvement #nonauxserreschauffées

Le syndicat Synadis Bio et tous ses adhérents s’associent à la pétition lancée par la FNAB, Greenpeace, Réseaux Action Climat et à la Fondation Nicolas Hulot afin de demander l’interdiction des serres chauffées pour la production de Fruits et légumes Bio hors saison.

publié le Lundi 01 Juillet 2019

Précédente Suivante

Comme le précisait Henri GODRON, Président du Synadis Bio « Nous assistons à un retour des consommateurs vers les magasins spécialisés, car ils cherchent davantage de conseils pour avoir une consommation plus responsable. Nos magasins, en proposant à la fois une relation de confiance et des produits à hautes valeurs ajoutées (environnementale, sociétale et qualitative) seront la pierre angulaire d’une nouvelle façon de consommer. »

Pour rester fidèle à l’ADN des magasins spécialisés bio, nous soutenons une Utilisation responsable de l’énergie et GES (Gaz à Effet de Serre). Selon la FNAB une tomate produite en France sous serre chauffée produit beaucoup plus de GES qu'une tomate produite en saison, jusqu’à 7 fois plus. Selon une étude de l’ADEME « Réduire la demande énergétique est donc la première étape incontournable dans les stratégies de réduction des émissions de GES ».

Par ailleurs, les serres chauffées ont un impact fort sur le coût de production. Dans un rapport l’ADEME précisait que « en maraîchage, l’énergie représente en moyenne 22 % des charges de production directes des exploitations de cultures sous serres chauffées[…]. La consommation énergétique a baissé de 7 % de 2006 à 2011 et les surfaces de serres chauffées par la biomasse ont fortement augmentées (18 % des surfaces) (source : CTIFL, mars 2013). La part de l’énergie dans les coûts de production restait toujours aussi importante en 2011 (25 % en moyenne) à cause des augmentations successives du prix des énergies. »

Le cahier des charges du nouveau règlement européen applicable en 2021 sur les produits bio ne mentionne pas explicitement l’interdiction de l’utilisation des serres chauffées pour la production de fruits et légumes bio. Cependant ce cahier des charges a vocation à être précisé via une grille de lecture, par chaque pays européen, afin que les organismes certificateurs s’appuient sur des données non interprétables.

Nos adhérents, à travers le syndicat, feront leur possible pour que la grille de lecture du règlement européen, étudié par la CNAB le 11 juillet prochain, précise clairement et lisiblement que le label bio est vecteur de confiance et de crédibilité pour le consommateur. Nous souhaitons que la Bio ne soit pas seulement un cahier des charges à respecter à minima mais une vraie façon de penser le rapport au vivant, aux saisons et à l’avenir.



article par la rédaction

contactez la rédaction

Les commentaires de l'article

laissez le premier commentaire sur cet article
Laissez-nous votre commentaire en remplissant le formulaire ci-dessous :
indiquez votre Nom, Prénom ou Pseudo | 50 caractères maximum
adresse email au format xxxx@xxxxx.xx | 75 caractères maximum
* champs requis

à la une du marché frais & surgelés

Reportages vidéos Frais & Surgelés

copyright© 2019 | Site : JCD.web