[ enseignes ] Coca-Cola arrête de livrer Intermarché et Netto

Lundi 6 janvier, notre confrère LSA a publié la note, datée du vendredi 3 janvier 2020, où Thierry Cotillard, président d'ITM Alimentaire, explique que "Coca-Cola a décidé unilatéralement d’arrêter de livrer Intermarché et Netto sur l’ensemble de ses gammes". Peu de temps après, le juge a ordonné à Coca Cola de reprendre ses livraisons à Intermarché. 

publié le Mardi 07 Janvier 2020

Précédente Suivante

"Ce n'est pas le distributeur qui déréférence mais, l'industriel qui ne livre plus." déclare LSA. Ainsi, Thierry Cotillard explique les raisons du désaccord commercial entre l'industriel et le distributeur. Cette note est la suivante :

"Cher(e) Collègue,

Le fournisseur Coca-Cola a décidé unilatéralement d’arrêter de livrer INTERMARCHÉ & NETTO sur l’ensemble de ses gammes (Coca-Cola, Fanta, Sprite, Fuzetea, Honest, Tropico, Caprisun et Monster). C’est pourquoi tu constates peut-être d’ores et déjà des ruptures sur ses produits dans ton point de vente.

Cet arrêt brutal et sans préavis des livraisons a pour origine un désaccord sur les gammes : Coca-Cola veut nous contraindre par tous les moyens à détenir une gamme 2020 que nous ne souhaitons pas.

Or, le marché des softs est en baisse significative de volumes : -3,2% sur les 12 derniers mois cumulés. Nos clients souhaitent en effet des produits plus sains pour préserver leur santé dans le long terme. Ils arbitrent également en défaveur des produits qui ont un impact négatif sur l’environnement, délaissant de plus en plus les contenants en plastique et privilégiant les aliments peu transformés, issus des filières agricoles locales.

Notre combat et notre stratégie sont de défendre le Mieux manger. C’est dans ce cadre que nous avons signifié aux industriels de la catégorie Sodas dès cet été, que nous avions la volonté de prendre de vrais partis pris dès 2020 afin de réduire la place de certains sodas en faveur des produits qui incarnent les nouvelles tendances, plus saines, moins sucrées. La société Coca-Cola a donc été informée très en amont et dans les règles, d’une réduction de ses gammes, en particulier les colas. Nous sommes, jusqu’à preuve du contraire, libres de nos choix d’assortiments, à partir du moment où nos fournisseurs sont prévenus suffisamment à l’avance.

La société Coca-Cola conteste pourtant clairement cette liberté de choix. En arrêtant de nous livrer sans préavis et brutalement l’intégralité de sa gamme, Coca-Cola abuse de sa position dominante dans le but de nous contraindre à détenir l’ensemble de ses produits. La société Coca-Cola nous menace également de reprendre l’intégralité de nos conditions, sans laisser place à la discussion, si nous devions demain réduire ses gammes. Cette menace, si elle était mise à exécution, aurait pour conséquence une augmentation de prix moyenne de plus de 60% des produits Coca-Cola.

Tu l’auras compris, cette démarche vise en réalité à restreindre l’accès aux linéaires Intermarché & Netto des nouveaux produits, souvent fabriqués par des PME, que nous souhaitions référencer dès le cadencier de janvier à la place des Colas.

Coca-Cola décide donc de nous mettre sous pression afin de « nous faire plier ». Nous ne pouvons pas accepter de telles méthodes. Nous n’acceptons pas qu’une multinationale entrave nos convictions, bafoue nos valeurs d’indépendance, face obstacle à notre liberté en termes de choix d’assortiments, au risque de faire « jurisprudence » auprès d’autres grands groupes.

Nous sommes mobilisés pour faire comprendre à Coca-Cola que nous ne céderons pas. Nous sommes aussi extrêmement mobilisés pour faire valoir nos droits (action judiciaire) et dénoncer les agissements de cet industriel.

Nous devons tous être unis dans ce combat.

Nous continuerons dans les prochains jours à te tenir informé du développement de la situation.

Nous avons besoin de ton soutien.

Thierry Cotillard Président Intermarché & Netto"

 

Reprise des livraisons 

Le 16 janvier dernier, le juge des référés au tribunal de commerce de Paris, saisi par Intermarché, a rendu son ordonnance que le magazine Les Echos a pu consulter. "Il ordonne à Coca Cola de reprendre ses livraisons aux supermarchés du groupe de commerçants indépendants, sous astreinte de 460.000 euros par jour de retard et pendant une période de 60 jours." déclare le magazine. 

De son côté, le président d'Intermarché, Thierry Cotillard, se félicite « que le juge nous donne la liberté de mettre en oeuvre nos choix en faveur du 'mieux manger' et de définir nos assortiments. » Et conclut : « nous espérons que la volonté affichée de Coca Cola de trouver un accord avec Intermarché est réellement sincère. » (citations émanants du magazine Les Echos)


marques de l'article :
  • Intermarché
  • Coca cola


article par la rédaction

contactez la rédaction

Restez informé sur les articles correspondants aux marques :

Les commentaires de l'article

laissez le premier commentaire sur cet article
Laissez-nous votre commentaire en remplissant le formulaire ci-dessous :
indiquez votre Nom, Prénom ou Pseudo | 50 caractères maximum
adresse email au format xxxx@xxxxx.xx | 75 caractères maximum
* champs requis

à la une du marché boissons

Reportages vidéos Boissons

copyright© 2020 | Site : JCD.web