[ tribune libre ] Loi Egalim : les PME Françaises en plein naufrage, Gimbert Océan lance un appel au secours

Gimbert Océan, PME familiale française, spécialiste des produits de la mer surgelés sauvages, lance un appel au secours d’urgence en direction du Gouvernement. L’avenir de cette entreprise familiale s’assombrit chaque jour un peu plus depuis l’entrée en vigueur de la limitation des volumes de promotion en magasins. Cette expérimentation menée dans le cadre de loi EGALIM a déjà conduit l’entreprise à supprimer, dans l’urgence, 25 % de ses emplois (22 postes sur 88, filiales incluses) dès le début d’année.

publié le Vendredi 14 Fevrier 2020

Précédente Suivante

La croissance de Gimbert Océan a été coupée en plein élan, alors qu’elle était en passe de devenir la marque nationale de référence des produits surgelés de la mer. En effet son chiffre d’affaires enregistrait une hausse moyenne de près de +30 % chaque année en 2017 et 2018, avec une accélération de +40 % au 1er trimestre 2019. L’application brutale de la loi EGALIM à partir du mois d’avril a mis un coup d’arrêt immédiat à cette croissance en limitant les volumes de promotion et a fait chuter le chiffre d’affaires de 30 % sur l’ensemble de l’année 2019 vs 2018.

Pour Bernard Gimbert, fondateur de l’entreprise, l’heure est grave : « le Gouvernement doit immédiatement réagir avant que notre PME, comme des centaines d’autres en France, n’atteigne un point de non-retour, entraînant catastrophes économiques et humaines en chaîne. C’est pourquoi je demande de toute urgence au Gouvernement qu’il accorde une réponse positive à notre demande d’exonération de l’encadrement des promotions en volume, déposée depuis novembre 2019, conformément aux dispositions prévues par la DGCCRF depuis juillet 2019 pour les entreprises en grande difficulté. Cette demande est d’autant plus légitime, que les chiffres parlent d’eux-mêmes, et que cette mesure a déjà été accordée dans l’urgence à une autre PME française. Ne pas nous accorder cette dérogation dans l’urgence, reviendrait à condamner définitivement l’entreprise et les emplois de mes 66 collaborateurs restants. »

En effet, cette exonération constituerait un premier pas pour que Gimbert Océan puisse sortir la tête de l’eau. Cependant, au-delà de son propre cas, et au nom de toutes les entreprises en extrêmes difficultés, Gimbert Océan demande également l’arrêt immédiat et définitif de l’expérimentation sur la limitation des promotions en volume, qui met à mal le tissu économique français et la pérennité des PME du territoire.

 

Création d’un collectif de PME pour lutter contre les effets contreproductifs de la loi

Afin de militer en ce sens, Gimbert Océan en appelle ainsi à la création d’un Collectif de PME afin de se faire entendre auprès du Gouvernement qui doit prendre en compte la détresse des PME françaises prises au piège de son expérimentation. Les conséquences sont désastreuses et le Gouvernement doit comprendre l’urgence de la situation afin de mettre fin à cette mesure dans les plus brefs délais et sauver les entreprises qui peuvent encore l’être.

 

Les PME : grandes victimes de la limitation des promotions

La promotion des ventes permet de stimuler les ventes, en organisant une offre temporaire à destination du consommateur final. La promotion n’est pas une ristourne sur le prix, mais consiste à mettre en avant un produit, une gamme, une marque. Pour les marques de PME, il s’agit du seul moyen d’exister dans les linéaires, d’acquérir de la notoriété, de créer de la dynamique face aux multinationales. Les promotions ne sont pas subies par les PME, elles sont au contraire, par la grande majorité d’entre elles, créatrices de valeur. Leur modèle économique est basé sur la promotion, comme c’est le cas pour Gimbert Océan, qui voit aujourd’hui ce modèle détruit. En conséquence, la pérennité de cette PME et de ses emplois est condamnée. La continuité d’exploitation de l’entreprise est lourdement compromise : au regard de sa taille, de sa situation concurrentielle face à de grands groupes multinationaux, Gimbert Océan n’a pas les moyens de compenser du jour au lendemain la limitation des ventes en promotion par des ventes en fond de rayon.

 

Gimbert Océan : une PME familiale en danger

Créée en 1996, Gimbert Océan est la marque propre vendue en grande distribution de la PME familiale Gimbert Surgelés. Basée à Fleurance, dans le Gers, Gimbert Surgelés a vu le jour en 1983. Elle a été fondée par Bernard Gimbert et est aujourd’hui présidée par sa fille, Hélène Gimbert. L’entreprise vend également des surgelés directement auprès des particuliers à travers son réseau de 20 magasins « Gel 2000 » et son circuit de livraison à domicile « Bonhomme de neige ». En 2018, Gimbert Surgelés employait 88 collaborateurs pour un chiffre d’affaires de 23 millions d’euros.



article par la rédaction

contactez la rédaction

Les commentaires de l'article

laissez le premier commentaire sur cet article
Laissez-nous votre commentaire en remplissant le formulaire ci-dessous :
indiquez votre Nom, Prénom ou Pseudo | 50 caractères maximum
adresse email au format xxxx@xxxxx.xx | 75 caractères maximum
* champs requis

à la une du marché frais & surgelés

Reportages vidéos Frais & Surgelés

copyright© 2020 | Site : JCD.web