[ marques ] Le groupe Bigard développe la filière bovine bio avec UNEBIO

Le Groupe Bigard signe, ce jeudi 20 février, avec l’Union des éleveurs bio UNEBIO, réseau d’éleveurs bio, un contrat d’une portée inédite en faveur de la production et de la consommation de viande bovine biologique. Le partenariat, qui vise à répondre à la demande croissante des consommateurs en matière d’alimentation durable, va permettre de pérenniser des élevages de proximité.

publié le Jeudi 20 Fevrier 2020

Précédente Suivante

Le contrat signé entre le groupe Bigard et le réseau d'éleveurs UNEBIO prévoit l’achat à UNEBIO de l’équivalent de 7500 bovins bio par an issus des troupeaux laitiers et allaitants selon une grille de prix garantis. Les animaux seront transformés par les différents sites agréés AB des entités du Groupe Bigard, au plus près des fermes où ils ont été élevés. Cette filière s’adressera à l’ensemble des circuits de distribution et proposera des carcasses entières, des découpes, des UVCI et du steak haché.

« La signature du partenariat concrétise la relation de confiance que nous avons établie avec les éleveurs d’UNEBIO ces dernières années », explique Dominique Guineheux, directeur des achats du Groupe Bigard. « Il traduit notre volonté de nous inscrire dans cette filière en plein devenir en ouvrant des perspectives économiques stables aux éleveurs ».

« Nous partageons avec le Groupe Bigard la même ambition de favoriser l’orientation qualitative de la production biologique », estime de son côté Simon Groot Koerkamp, éleveur dans la Meuse et Co-Président de UNEBIO. « Le fait de disposer de débouchés et de prix garantis constitue un élément essentiel pour les éleveurs. A nous de répondre à cet engagement en assurant une qualité régulière. Ce qui est en jeu, c’est le maintien d’exploitations bio, l’accompagnement à la conversion et l’installation de jeunes éleveurs. »

Le partenariat s’inscrit dans le prolongement naturel des Etats généraux de l’alimentation en sécurisant le revenu des éleveurs par la contractualisation. En vertu d’un décret de la loi EGalim, les repas servis en restauration collective dans tous les établissements chargés d’une mission de service public devront compter au moins 20 % de produits biologiques au plus tard le 1er janvier 2022. Le plan de filière de l’interprofession bovine adopté en décembre 2018 s’est fixé pour sa part comme objectif un doublement de la production de bœuf bio.


marque de l'article :
  • Bigard


article par la rédaction

contactez la rédaction

Restez informé sur les articles correspondants à la marque :

Les commentaires de l'article

laissez le premier commentaire sur cet article
Laissez-nous votre commentaire en remplissant le formulaire ci-dessous :
indiquez votre Nom, Prénom ou Pseudo | 50 caractères maximum
adresse email au format xxxx@xxxxx.xx | 75 caractères maximum
* champs requis

à la une du marché frais & surgelés

Reportages vidéos Frais & Surgelés

copyright© 2020 | Site : JCD.web