Notre site Web utilise des cookies pour améliorer et personnaliser votre expérience et pour afficher des publicités (le cas échéant). Notre site Web peut également inclure des cookies de tiers tels que Google Adsense, Google Analytics, Youtube. En utilisant le site Web, vous consentez à l'utilisation de cookies. Nous avons mis à jour notre politique de confidentialité. Veuillez cliquer sur le bouton pour consulter notre politique de confidentialité.

Les Français adaptent leurs habitudes de consommation face à l’inflation et à la baisse de leur pouvoir d’achat

Fruit de la collaboration entre OpinionWay et Bonial, entreprise de média et de technologies pour le commerce et la distribution le 8e baromètre “Du pouvoir d’achat au vouloir d’achat” révèle que 65% des Français estiment que leur pouvoir d’achat va se dégrader en 2024. Les prix ont connu une hausse moyenne d’environ +19% en an, selon les sondés.

Seuls 31% des Français affirment se sentir dans un état d’esprit positif, une proportion qui a diminué de 2 points depuis la trêve estivale. 66% des sondés affirment que leur pouvoir d’achat leur permet de financer leurs dépenses jusqu’à la fin du mois (-4 points vs 2022), et 61% disent pouvoir « vivre décemment » (-5 points).

74% des Français évoquent une hausse des prix pour les achats contraints, 73% pour les achats alimentaires, 66% pour les achats plaisir et 69% pour les achats non alimentaires. C’est pour les dépenses énergétiques que l’inflation se fait le plus ressentir, avec +23 % perçus. Celle des produits alimentaires atteint +21%, quant à celles touchant les vacances/loisirs, les produits non alimentaires et les soins de santé, elles sont estimées à +18%, +17% et +14%. Les CSP+, qui ont un pouvoir d’achat supérieur à la moyenne, ne sont pas épargnés, puisque pour les achats plaisirs et non alimentaire, 62% et 68% d’entre eux ont perçu une hausse des prix, contre 57% et 62% en août dernier.

Bien que peu optimistes par rapport à leur pouvoir d’achat et à l’inflation sur l’année, 81% des Français sont prêts à faire preuve de résilience et à faire évoluer leurs comportements d’achat dans les semaines à venir, soit 2 points de plus par rapport à la dernière étude. Ainsi, 39% de la population compte faire plus attention aux prix et 28% souhaitent réduire leur consommation d’énergie. Toujours en recherche des bonnes affaires, 34 % des Français vont davantage se focaliser sur les promotions et 20 % d’entre eux se mettent à privilégier la seconde main pour vendre et acheter. En matière de sacrifice, 22% des interrogés se disent prêts à réduire leurs loisirs et vacances.

L’étude révèle aussi que les Français sont plus optimistes pour 2024. 65% pensent que leur pouvoir d’achat va se dégrader, soit 15 points de moins que lors de la précédente étude (80 % en 2022 !). Même si 59 % prévoit de moins se faire plaisir en 2024, ce chiffre est lui aussi en baisse, de 6 points.

Concernant les enseignes alimentaires, E. Leclerc et Lidl sont toujours les premières à favoriser le pouvoir d’achat, selon les consommateurs, avec une note de 6,9/10 (+0,2 points). Elles sont suivies par Aldi qui obtient la note de 6,4/10 (+0,3 points), puis Intermarché avec 6,2/10 (+0,3 points). Pour les enseignes non alimentaires, Action est le n°1, avec 71% de bonnes notes (+3 points), suivie d’Amazon avec 66% (+4 points), puis Primark avec 53 % de bonnes notes.

Par La Rédaction

Le magazine du pilote.

Articles qui peuvent aussi vous intéresser

×