[ enseignes ] 3 200 gendarmeries, 600 commissariats de police et 700 magasins du groupe Monoprix labellisés safe places par l’application contre le harcèlement de rue UMAY

UMAY, l’application mobile de référence en France contre le harcèlement de rue, va labelliser 3 200 gendarmeries et 600 commissariats de police mais aussi 700 magasins du groupe Monoprix en tant que safe places. Marlène Schiappa, ministre déléguée auprès du ministre de l’Intérieur chargée de la Citoyenneté, a signé le jeudi 10 février 2022 dernier une convention avec l’application mobile pour concrétiser cette mobilisation d’ampleur contre le harcèlement de rue lors d’une conférence de presse au ministère de l’Intérieur. Le groupe Monoprix s’associe à cette collaboration et ses agents seront outillés par le ministère de l’Intérieur pour accueillir, prendre en charge et orienter les victimes qui se réfugient dans les magasins de l’enseigne.

publié le Vendredi 11 Fevrier 2022

Précédente Suivante

UMAY sécurise les déplacements, les sorties et les voyages : un système de géolocalisation des déplacements est transmis à des personnes de confiance choisies par l’utilisateur. Les signalements des autres utilisateurs qui se sont sentis en insécurité, victimes de harcèlement ou d'agression au cours des 30 dernières minutes sont aussi également visibles pour que l’utilisateur puisse éviter une zone en particulier : UMAY propose ainsi un déplacement urbain sécurisé. Avec 40 000 téléchargements depuis son lancement et 15 000 utilisateurs actifs, elle est l’application de référence en France. UMAY s’appuie sur un réseau d’établissements qu’elle labellise safe places, bars, restaurants et boîtes de nuit mais aussi points de vente, magasins et institutions, où l’utilisateur qui se sent menacé peut s’abriter

3 200 gendarmeries et 600 commissariats de police seront ainsi labellisés dans l’application comme safe places d’ici le 1er mars. Avec la convention, tous les commissariats et les brigades de gendarmerie seront recensés comme « lieux sûrs » pour les usagers. Les forces de sécurité sur le terrain pourront croiser les signalements effectués sur l’application avec leurs propres données et adapter leur stratégie si une femme ne se sent pas en sécurité sur un lieu donné.

« Cette mobilisation pour la sécurité des femmes est une révolution. Nous voulons que chaque femme puisse se réfugier dans un lieu sûr où qu’elle se trouve en France. Nous proposerons des outils au groupe Monoprix qui s’engage avec nous et nous incitons d’autres acteurs du secteur privé à rejoindre l’initiative », a déclaré Marlène Schiappa.

« Cette mobilisation de tous les acteurs contre le harcèlement de rue est indispensable, se réjouit Pauline Vanderquand, fondatrice de l’application. Avec déjà près de 5000 safe places partout en France, UMAY va jouer un rôle clef, en incarnant un label fiable, une marque de confiance pour sécuriser les sorties et les voyages. »

700 magasins du groupe Monoprix seront aussi référencés d’ici l’été 2022. Engagées de longue date pour les droits des femmes, les enseignes du groupe Monoprix - Monoprix, monop’, Naturalia, Sarenza - collaborent étroitement avec Marlène Schiappa, Ministre déléguée chargée de la Citoyenneté. Dans le contexte de la crise COVID-19, Monoprix a notamment soutenu la campagne de lutte contre les violences conjugales et familiales en relayant largement les dispositifs d’alerte mis en place par le gouvernement auprès de ses clients et en proposant des espaces d’accueils dans ses magasins.

« Dans la continuité de notre engagement, nous sommes fiers de pouvoir à nouveau contribuer à la sécurité des femmes en ville à travers la labellisation safe places de tous nos magasins Monoprix, monop’ et Naturalia sur l’application UMAY. Forts de la relation de proximité que nous entretenons avec nos clients et de nos emplacements en cœur de nos villes, il était naturel de nous associer à cette démarche » déclare Jean-Paul Mochet, Président du groupe Monoprix. « Présents sur tout le territoire, ils seront des refuges de choix pour nos utilisateurs, salue Pauline Vanderquand, fondatrice de l’application UMAY. Nous allons former les équipes de chaque magasin aux bonnes pratiques pour accueillir une personne victime de harcèlement de rue. Nous travaillons avec d’autres grands groupes pour aboutir à des partenariats similaires. »

Lancée en 2019 sous le nom de Garde Ton Corps, UMAY a bouclé en 2021 une levée de fonds de 400 000 euros pour poursuivre son développement et proposer de nouvelles fonctionnalités. L’application propose un abonnement aux collectivités locales pour disposer d’une cartographie dynamique construite à partir des signalements anonymisés des utilisateurs. À l’équilibre depuis 2019, UMAY vise un chiffre d’affaires de 6 millions d’euros d’ici 2025, notamment en proposant ses services à l’international.


marque de l'article :
  • monoprix


article par la rédaction

contactez la rédaction

Restez informé sur les articles correspondants à la marque :

Les commentaires de l'article

laissez le premier commentaire sur cet article
Laissez-nous votre commentaire en remplissant le formulaire ci-dessous :
indiquez votre Nom, Prénom ou Pseudo | 50 caractères maximum
adresse email au format xxxx@xxxxx.xx | 75 caractères maximum
* champs requis

à la une du marché épicerie

copyright© 2022 | Site : JCD.web