Notre site Web utilise des cookies pour améliorer et personnaliser votre expérience et pour afficher des publicités (le cas échéant). Notre site Web peut également inclure des cookies de tiers tels que Google Adsense, Google Analytics, Youtube. En utilisant le site Web, vous consentez à l'utilisation de cookies. Nous avons mis à jour notre politique de confidentialité. Veuillez cliquer sur le bouton pour consulter notre politique de confidentialité.

Académie des vins du sud-Ouest : viser l’excellence

L’Académie des vins du Sud-Ouest affiche sereinement ses 25 ans d’existence et n’a pas changé de cap. Elle repose sur l’idée d’attirer à elle, pour chaque AOP du grand Sud-Ouest, les vignerons qui font les plus beaux produits et sont capables de jouer un rôle, que l’on peut qualifier aujourd’hui d’influenceurs, aux yeux de leurs pairs.

Très jolis vins et qualité des parcours culturaux sont deux critères fondamentaux pour appartenir à cette Académie créée par Pierre Casamayor, professeur d’oenologie de la Faculté de Toulouse. Elle regroupe actuellement une quarantaine de viticulteurs qui ont opté, à part égale, soit pour le bio, soit pour une pratique culturale qui reste conventionnelle mais raisonnée. Il est clair néanmoins que ces vignerons s’intéressent de très près aux vins «nature»; dont la représentativité au sein de l’Académie pourrait, à terme, passer la barre des 50 %, sous réserve que les vins restent excellents et stables, même sans ajout de sulfites.

C’est tout l’objet des préoccupations actuelles. L’académie organise des formations et des réunions techniques pour améliorer les connaissances en ce domaine avec, par exemple, des sessions sur la microbiologie des vins ou le bio-contrôle. «Dès l’origine, cette Académie avait prévu les évolutions vers lesquelles il fallait aller, avec du coup, des préconisations dans ce sens« explique Jean-Louis Lacoste (Domaine Nigri en Jurançon), Président depuis quelques mois.

A la fois cooptés par leurs pairs et reconnus par les organes de gestion de leurs AOP, les membres de l’Académie organisent aussi des dégustations pour faire découvrir la palette des quelques 40 cépages qui font tout l’attrait des vins du sud-Ouest.

Des exemples à suivre

L’association rassemble uniquement des vignerons représentant personnellement leurs exploitations à l’exclusion donc des coopératives, des négociants ou des agents commerciaux. Peu importe les tailles : elles s’étagent, en surface, de 7 à 60 hectares. Ce qui compte, outre la qualité des pratiques et des vins produits, c’est aussi l’aspect humain pour échanger encore plus, réfléchir sur les différentes problématiques, profiter des idées nouvelles et faire place aux jeunes. «Les échanges permettent de faire évoluer les esprits, de lever les blocages qui ne sont pas forcément techniques mais surtout dans les têtes»; explique Jean-Louis Lacoste qui a tenu à s’adjoindre un vice-président plus jeune que lui.

Il existe en effet une dimension éthique dans cette structure qui propose sans imposer et promeut le rôle de «chef de file»; à la tête de propriétés à taille humaine pour tirer vers le haut leurs appellations.

Loin d’évoluer à distance de l’interprofession des vignobles du Sud-Ouest, l’Académie des vins du Sud-Ouest apporte une pierre fort utile à l’édifice pour la promotion des vins de cette région. Elle joue de sa spécificité aux côtés d’une Interprofession forcément plus généraliste, et il y a fort à faire avec des bassins de production s’égrenant de Marcillac à Jurançon ou Irouléguy, c’est à dire des portes de l’Auvergne à celles de l’Espagne.

Par Claire Calmejane

Service de la rédaction

Articles qui peuvent aussi vous intéresser